Attention à ces 10 erreurs qui vous empêchent de réussir en bourse!

Cet article participe à l’événement inter-blog “10 erreurs à éviter en bourse” organisé par Ben du blog BourseEnsemble.com.

En parcourant les articles de cet événement, vous aurez donc plein d’astuces, de règles, et de retours d’expérience de traders et investisseurs qui réussissent ou sont sur le chemin de la réussite.

Pour ma part, je ne vais pas revenir sur les écueils les plus classiques (ne pas mettre de stops, etc) mais plutôt vous proposer des erreurs concrètes que j’ai faites moi-même (on a tous été débutant un jour 😉 ou observées dans mon entourage ou chez mes clients.

Voici donc mon retour d’expérience en 10 points :

Erreur 1 : Ne pas se former

Je place cette erreur en première position car :

  • elle est très courante,

  • c’est celle qui peut avoir le plus de conséquences négatives pour votre portefeuille.

Par orgueil, par manque de temps, ou parce qu’on pense qu’on a trouvé la tendance du siècle en lisant quelques articles d'”experts”, on se lance souvent la fleur au fusil.

Très mauvaise idée, que l’on va payer un jour ou l’autre de toute façon.

Pas besoin de réinventer la roue, tout du moins au début : on peut beaucoup apprendre des personnes expérimentées.

Je voudrais prendre l’exemple parlant des graphiques de prix.

Quand j’ai débuté, ces graphes étaient comme une langue étrangère, cela me paraissait incompréhensible. Puis j’ai appris à “comprendre” cette langue. Grâce aux bouquins, et à beaucoup de temps et de motivation.

Certes il existe des personnes qui apprennent les langues étrangères intuitivement…mais la plupart d’entre nous y parviennent mieux avec l’aide d’un professeur ou de livres.

Se former inclut :

  • se former sur le money management,

  • se former sur les bases de l’analyse fondamentale ou technique ou graphique,

  • se former sur différentes stratégies puis en choisir deux ou trois.

Erreur 2 : Ne pas attacher d’importance au broker

Cette erreur est presque à égalité avec la précédente du point de vue de sa fréquence et de ses conséquences nuisibles.

Combien de personnes investissent encore via leurs banques… avec des frais de transaction faramineux, voire des droits de garde…?!

Combien de personnes se laissent également séduire par les publicités alléchantes des brokers douteux sur internet…(options binaires, etc) ?!

Les frais de transaction peuvent complètement changer la physionomie de vos performances, pensez-y. Et la sécurité de vos dépôts ne se prend pas à la légère, cela peut faire du 100% de moins-values.

Pour rappel : voici un broker qui vaut la peine d’être considéré.

Erreur 3 : Sous-estimer l’aspect psychologique

C’est quelque chose dont on se rend compte avec le temps, et qu’il est du coup préférable de connaître dès le début.

Il y a 3 piliers pour la réussite en bourse :

  • le savoir, les connaissances de base (qu’est-ce qu’une action, comment passer un ordre, etc) : 10%

  • le savoir-faire (les stratégies) : 20%

  • la psychologie : 70% !!

Il n’y a pas vraiment de façon particulière de réussir psychologiquement à part un travail sur vous-même. Mais au moins, soyez-en conscient.

 

Ecueil sur le chemin de la réussite

Erreur 4 : Trader trop longtemps en virtuel

Trader en virtuel sert à tester des stratégies et à se rassurer sur leur efficacité. Cependant, comme on vient de le voir, la part la plus importante est la psychologie, qui peut complètement changer la façon d’appliquer une stratégie.

Avec le virtuel, vous ne testez pas votre psychologie. Passer sur un compte réel assez rapidement pour voir comment vous réagissez.

Erreur 5 : Ne pas prendre de bénéfices partiels

C’est un point que je recommande tout particulièrement. Très important !

Pourquoi prendre des bénéfices partiels ?

  • parce qu’on est jamais sûr qu’une tendance va réellement se développer,

  • parce que ça fait du bien au moral et à votre état psychologique, ô combien important (voir point 3),

  • parce que cela abaisse votre prix moyen de revient sur la partie restante,

  • parce que cela permet quand même de profiter de la tendance éventuelle sur la partie restante.

Erreur 6 : Trop se spécialiser

Je vais vous faire une confidence : sur les marchés, il y a des périodes d’argent “facile” et d’autres périodes qui sont du casino (un coup on perd, un coup on gagne) ou en tout cas beaucoup plus délicates à gérer.

Ces périodes alternent, mais pour chaque produit.

Je m’explique et j’illustre.

Lorsque je tradais l’électricité professionnellement, il y avait de longues périodes pendant lesquelles il ne se passait pratiquement rien. Même en utilisant des outils très pointus d’analyses des fondamentaux, il était difficile de gagner de l’argent.

Puis, une ou deux fois par an, un événement météorologique survenait (vague de froid, sécheresse), les prix s’emballaient, et il suffisait de surfer sur la tendance pour en profiter.

Autre exemple, regardez le graphique de la paire usd/jpy. D’août 2011 à novembre 2012 (plus d’un an!!), peu de volatilité, pas vraiment de configuration graphique sympathique. Pas facile à gérer. Puis en novembre 2012, grâce à un changement fondamental profond (nouvelle politique de la banque centrale du Japon), une belle tendance s’engage, et même dans les périodes de consolidation, des figures graphiques classiques apparaissent.

Je pense que vous voyez où je veux en venir.

En conclusion, si vous vous spécialisez trop sur un produit en particulier, vous allez non seulement rater des oppportunités évidentes ailleurs, mais également vous ennuyer ferme à certains moments (et ne pas gagner d’argent, voire en perdre pendant ces périodes).

Erreur 7 : Trader trop de supports

C’est l’autre extrême du point précédent, et ce n’est pas bon non plus.

On se disperse, on maîtrise moins les tenants et les aboutissants du marché car on ne peut plus suivre les fondamentaux (il faut quand même un minimum les connaître même si on fait de l’analyse graphique).

Par exemple, pour les devises, il faut être au courant des dates de quelques événements et sorties de chiffres économiques importants. Si on veut trader trop de paires, on peut vite être submergé.

Erreur 8 : Se reposer sur ses lauriers, ne pas être en formation continue

Comme dans n’importe quel métier, il est important de toujours continuer à apprendre pour s’améliorer, être plus efficace.

Il faut continuer à chercher de nouvelles stratégies : même si on ne les adopte finalement pas, c’est toujours bon de les connaître.

Bien-sûr, il y a un moment où la courbe d’apprentissage ralentit sa progression après la forte pente des débuts. Mais même lorsqu’on a trouvé son style, sa méthode, après plusieurs années, on s’enrichit toujours des méthodes des autres.

Personnellement je continue à investir dans des formations, car même si ce que j’apprends de nouveau ne représente que 5% du contenu, cela vaut la peine, et me permet parfois d’ajuster finement ma propre stratégie.

Erreur 9 : Ne pas se tenir informé des nouveautés

C’est un peu différent du point précédent car cela concerne plutôt les “nouveautés technologiques” du milieu :

  • nouveaux brokers,

  • nouveaux types de produits, etc

L’innovation est permanente, bien que plus lente que dans d’autres domaines. Aucun trader des années 80 qui a connu la criée n’envisagerait maintenant de trader sans internet.

Erreur 10 : Abandonner

Faire des erreurs est complètement normal. Parfois même de lourdes erreurs. Tant qu’on en tire les leçons appropriées, cela est bénéfique.

Personnellement, j’ai perdu beaucoup dans le capital risque de jeunes entreprises, avant que cela ne me serve de leçons et que j’attache à la liquidité d’un actif l’importance qui lui est due (cela pourrait d’ailleurs faire un 11e conseil…la liquidité).

Persévérez, vous en serez un jour récompensé. N’oubliez pas que les gains sont théoriquement infinis sur les marchés, contrairement au salariat. Cela vaut la peine d’efforts au moins aussi importants que ceux que vous avez déployés pour pouvoir être “employable” dans une entreprise.

 

Leave a Comment:

9 comments
Add Your Reply