Investir dans une vieille voiture américaine

investir voiture collection

Quoi de mieux qu’un investissement dans du tangible, qui ne connaît pas la crise, et qui rapporte un rendement à faire pâlir d’envie un trader aguerri?

C’est ce que je vais vous proposer aujourd’hui.

Si vous me suivez sur ce site zen-option.com, vous savez que je voyage beaucoup et que je partage avec vous des opportunités d’investissement que je rencontre lors de ces voyages…. des types d’opportunités que l’on ne trouve qu’en voyageant, car il n’y a jamais de publicités là-dessus en Europe. Vous avez ainsi accès à des idées “secrètes” d’investissement pour devenir rentier beaucoup plus rapidement qu’en suivant le processus classique.

Récemment, j’ai visité un ami sur l’île de Cuba. J’y suis resté deux mois, dont 1 et demi à La Havane. J’ai pu obtenir des informations que les touristes de passage n’ont pas, en discutant avec mon ami et différentes personnes.

Voici donc en exclusivité l’un des meilleurs investissements que j’ai pu trouver à La Havane :

Investir dans une voiture

Mais pas n’importe quelle voiture… une vieille voiture américaine ! Buyck, Ford, Chevrolet…

La Havane est un vrai musée à ciel ouvert, et de nombreuses voitures de ce type sillonnent les rues.

Pourquoi ces voitures anciennes sont-elle encore là et en fonctionnement?

Le gouvernement de Cuba interdit l’importation de voitures neuves par des particuliers. Il y a quelques années, il l’autorisait encore, mais mettait des taxes à l’importation si élevées qu’une Peugeot (une des rares marques autorisées à l’époque) se vendait plus de 200 000 euros (oui, vous avez bien lu, il n’y a pas d’erreur de zéro).

De ce fait, le parc automobile cubain est très restreint : vieilles voitures américaines des années 50, des Ladas (datant de l’époque soviétique où Cuba et l’URSS étaient proches), et de rares voitures modernes.

Bref, tout ça participe au charme de La Havane… (bien que ces voitures anciennes puent du pot)

Mais cela créée aussi des opportunités d’investissement exceptionnelles dans ces vieilles voitures.

Avant de vous détailler les revenus et les chiffres, il faut que je vous explique le système des taxis à La Havane.

Le système des taxis à La Havane

Deux systèmes coexistent :

 – Des taxis, tels qu’on les connaît, qui vous emmènent directement à votre adresse : ils coûtent de 3 à 5 euros la course et sont en général soit des Ladas, soit des voitures modernes. En pratique, ils sont réservés au touristes (trop chers pour les Cubains)

 – Les “maquinas” qui sont des vieilles voitures (Chevrolet, Buyck, etc) en état plus ou moins bon, qui sillonnent la ville suivant des parcours définis : vous les prenez dans une rue précise et elles vous déposent quelque part sur leur chemin, et ensuite vous devez marcher. Un peu comme un bus (sauf qu’il n’y a pas de carte du réseau). C’est ce qu’utilisent les Cubains : cela coûte 50 centimes.

A noter qu’il y a aussi des vieilles voitures américaines parfaitement rénovées qui attendent les touristes dans les quartiers les plus touristiques et leur proposent des tours de La Havane à 30 euros de l’heure (une arnaque à touriste en fait, moi je prenais les maquinas et traversais une bonne partie de La Havane dans une Chevrolet pour 50 centimes…)

Ces précisions étant faites, quel est le plan pour un investissement à haut rendement et sans souci ?

Achat et restauration d’une voiture ancienne : budget

restauration voiture ancienne

Elles sont magnifiques n’est-ce-pas? Plus jolies que les Cubaines en tout cas…(la malbouffe est passée par là)

Vous achetez une vieille voiture américaine de collection. Prix : autour de 20 000 euros selon l’état.

Vous la faites restaurer pour environ 5000 euros : rénovation extérieure et intérieure, moteur, auto-radio, climatisation éventuelle, etc. Cela peut aller jusqu’à 10 000 euros de coût total (si clim par exemple).

Les avantages de l’investissement dans une voiture à Cuba :

 – Vous pouvez l’exploiter et en tirer un revenu régulier (je vous explique plus bas comment)

 – Le potentiel de plus-value est énorme une fois que les frontières de Cuba s’ouvriront (rien n’est sûr mais cela pourrait arriver bientôt) : non seulement ces vieilles voitures deviendront plus rares sur place car des voitures neuves apparaîtront (et l’utilité de ces voitures de collection disparaîtra, sauf pour la collection justement). Et l’exportation deviendra alors peut-être possible, avec revente à prix d’or en Occident à des collectionneurs…

Comment obtenir un bon rendement de sa voiture de collection?

Mais en attendant cette plus-value potentielle, comment faire du bon rendement avec sa voiture de collection?

Vous vous dites sûrement qu’a priori le mieux est de transporter des touristes (plus riches) avec votre vieille voiture américaine fraichement rénovée…

Hé bien pas forcément :

 – Ce cas de figure nécessite de mettre davantage d’argent dans la rénovation (les touristes sont aussi plus exigeants),

 – De plus il y a déjà pas mal de concurrence (les rabatteurs proposant des tours en Chevrolet / Cadillac sont particulièrement agaçants dans la vieille Havane touristique). Les revenus seraient en fait plus aléatoires.

Selon moi, la meilleure solution, c’est que votre vieille voiture se transforme en “maquina” et fasse le taxi / bus pour les locaux.

Du haut rendement  pour cet investissement voiture un peu particulier

Le beau-frère cubain de mon ami avait une Chevrolet et faisait cela, j’ai donc les chiffres précis à vous donner.

Vous louez votre vieille voiture 35 euros par jour à un chauffeur.

Celui-ci va travailler 5 ou 6 jours par semaine (à convenir avec lui). Un jour de “repos” sera consacré à l’entretien de la voiture (à sa charge). L’essence et les frais d’entretien sont à sa charge. Par contre les grosses réparations, à la vôtre.

Vous, vous percevez un loyer fixe pour votre voiture, et le chauffeur se débrouille de la faire tourner et de faire rentrer l’argent, la différence étant pour lui.

Petite remarque : il vaut mieux louer à un seul chauffeur, plutôt que 4 jours à un, et 2 jours à un autre par exemple, car cela est mieux pour l’entretien de la voiture, la responsabilité n’étant pas diluée entre plusieurs personnes.

Il s’avère qu’investir dans une voiture à Cuba procure un très haut rendement…

Dans le tableau ci-dessous, j’ai pris les données suivantes :

 – le chauffeur travaille 5 jours par semaine

 – la voiture est indisponible 4 semaines sur l’année en cumulé

 – les frais de grosses réparations sont de 2000€ par an (c’est surévalué)

 – les impôts portent sur 10% du chiffre d’affaires, donc sur 11 mois de revenus de la voiture

investir voiture

 

Vous êtes prêt pour investir dans une voiture de collection ?

A la vue de ces chiffres, c’est tentant…

Pas si vite !

Il y a quelques conditions à remplir.

La condition principale est qu’il faut être résident cubain.

Et comment obtenir la carte de résident cubain pour un étranger?

Seulement 4 solutions :

– être étudiant à Cuba (j’ai rencontré des étudiants étrangers là-bas, en médecine notamment)

– avoir un contrat de travail dans une entreprise (en tant qu’expatrié typiquement, dans des entreprises de BTP, telecom, etc)

– être marié(e) à un(e) Cubain(e)

– avoir un enfant à Cuba (ou en reconnaître officiellement un, d’une mère célibataire par exemple)

Voilà, c’est la partie la moins facile à mettre en place… Mais bon,  l’opportunité existe. Personnellement, je ne l’ai pas fait (déjà que j’ai trouvé mes 2 mois sur place très pénibles…)

Mais mon ami suisse à qui j’ai  rendu visite et qui est marié avec une Cubaine l’a fait. Ca marche bien.

Voilà maintenant, vous avez les informations à votre disposition si un changement de vie vous tente, et que vous avez des affinités avec ce pays.

Et surtout vous avez une piste pour gagner de l’argent à Cuba si vous vous installez là-bas, ce qui n’est vraiment pas évident (c’est toujours une économie communiste).

Gaël

Investir dans une voiture de collection est une piste, en voici d’autres en lien avec le carnaval d’articles :

Laissez un commentaire :

17 commentaires
Ajoutez votre contribution