Accueil Conseils aux traders et investisseurs L’art de négocier avec son banquier

L’art de négocier avec son banquier

    negocier avec son banquier

    Que l’on veuille obtenir un prêt, ou renégocier les conditions d’un contrat déjà établi, il faudra « affronter » son banquier.

    Pour obtenir ce que l’on souhaite, il est donc préférable de savoir vous y prendre et de trouver les bons arguments, au bon moment.

    Comment s’y prendre ?

    Cet article a été rédigé par Sylvain, formateur et tradeur pour compte propre.

    Avant l’entretien :

    La première règle consiste à bien préparer son dossier avant la négociation.

    Pour éviter tout stress, l’idéal est même de préparer son dossier AVANT de prendre rendez-vous avec son conseiller.

    De cette façon, l’on ne peut être limité par le temps et on peut tranquillement prévoir tous les documents nécessaires à la négociation.

    Mais que doit contenir ce dossier ?

    Exemple : demande de prêt

    Si l’on désire un prêt, c’est que l’on a déjà une idée de la manière dont l’argent sera employé. Le dossier se construira donc autour de cet objectif.

    À noter que les banquiers aiment particulièrement les calculs, tableaux et autres données qui prouvent que le sujet a sérieusement été étudié.

    Si par exemple il s’agit d’une voiture, il faudra faire apparaître : le type de modèle, le prix d’achat, le montant du prêt (le cas échéant, l’apport personnel possible), les possibilités de remboursement, etc.

    Si l’emprunteur possède des actifs, il peut être très utile de les mentionner.

    Toutes ces données pourraient éventuellement être données à l’oral, mais rien ne peut égaler l’effet d’un dossier bien monté.

    Pendant l’entretien :

    Une fois le dossier présenté, les négociations commencent.

    Le conseiller va d’abord vérifier le taux d’endettement de l’emprunteur. Cette tâche lui sera grandement facilitée grâce au dossier. Si tout lui semble correct, les négociations peuvent commencer.

    Il faudra alors étudier les différentes options présentées : les conditions de remboursement, les frais éventuels, les taux d’intérêt, la durée du prêt…

    Remarque : Le banquier est lui-même tenu à certains objectifs qui ne correspondent pas toujours aux souhaits de l’emprunteur. Une fois le contrat signé, il sera très difficile de revenir sur les conditions du prêt. C’est pourquoi il convient de négocier ces conditions de manière à ce qu’elles conviennent aux deux parties.

    C’est ici que l’éventuel emprunteur pourra tirer tous les bénéfices de sa bonne préparation.

    Connaissant son sujet, il est à même de discuter les points dont il a absolument besoin et ceux qu’il peut négocier.

    De plus, son interlocuteur sera plus ouvert à la discussion s’il constate que le thème a été soigneusement préparé.

    Après l’entretien :

    Après l’entretien, il ne reste souvent plus qu’à attendre la validation de la demande de prêt.

    Si le dossier est accepté, la seule recommandation est de se tenir étroitement aux conditions prévues.

    Non seulement cela prouve au conseiller qu’il a fait le bon choix, mais en plus, cela facilitera grandement les futures négociations.

    La négociation est une discipline à part entière. Qu’il s’agisse de négocier avec son banquier, ou avec un agent immobilier, le principe de base est toujours le même : il n’y a aucune place pour l’improvisation.

    Une bonne préparation, connaître ses besoins, les points que l’on est prêt, ou non à négocier, sont autant d’éléments qui feront la différence entre le succès ou l’échec des négociations.

    Les étapes à franchir sont parfois fastidieuses, mais elles permettent d’atteindre plus facilement certains objectifs d’investissements

    PAS DE COMMENTAIRES

    Laisser un commentaire

    CommentLuv badge